Le racisme, toujours d’actualité 

Capture du 2017-04-09 09:36:30

     Nous sommes samedi soir, dans quatre jours, je suis en Chine. C’est énorme non? Pour l’instant, ça ne me fait ni chaud, ni froid, mais je sais que mardi soir, je n’arriverai pas à dormir depuis mon lit, et une fois dans l’avion, j’aurai les yeux pleins d’étoiles. 

     En clair, je pars dans quatre jours, je ferai un vlog (j’ai toujours rêvé d’en faire un) et je prendrais énormément de photos, et de cadeaux pour mes ami(e)s. Avant de partir, vu que cela faisait quelques jours (une semaine déjà) que je n’avais rien publié sur le blog, pour ne pas qu’il soit encore plus inactif, étant donné qu’il est surtout nouveau, et donc, peut tomber très vite à l’oubliette, je voulais publier quelque chose de sympa. Sans doute une autre de mes nouvelles, ou bien sur mes séries préférés, ou sur un livre ? Ma décision était prise et je voulais publier sur 48 heures pour mourir, dont pas mal de gens ont voté sur mon instagram comme un livre qui leur donnait envie. 

     Mais finalement, je le ferais plus tard, par ce que aujourd’hui, j’aimerais énormément dénoncer le racisme de mon point de vue. Et surtout remettre en question ces personnes qui ne cessent de me dire que le racisme en 2017, n’existe plus, et que je vois de la discrimination partout, en ce qui concerne le cinéma, l’art, le travail et la vie sociale. 

     Pour expliquer comment j’en suis arrivée là, c’est partit d’un tweet de Marine Lepen dont je me suis amusée à commenter de manière très arrogante. 

 17820748_1171109599665120_935569719_n-ConvertImage

     Bien évidemment, des gens de mon avis se sont mis à me suivre et à lui répondre, puis à aimer et retweeter mon tweet. Mais comme souvent aussi, ceux étant pour le front national, se sont mis à me répondre, pour la plupart, comme d’habitude, de manière un peu forte mais toujours avec un peu de respect et de politesse. Puis, il est arrivé ce qui ne m’est jamais arrivée depuis que je suis en France, c’est-à-dire, depuis seize ans. 
17806996_1171109606331786_1845163300_n-ConvertImage

     Tout est partit de là. Cette phrase : « ce que tes confrères votent » ne m’a pas du tout plus. Par ce que les blancs ne seraient pas mes confrères ? Je n’aurais pas vu ce message raciste si les messages précédent ne se tournaient pas vers ce point là. Puis, cette gentille personne a continué. 
     

17821724_1640691879279852_1465957385_n17821400_1640691862613187_1796695020_n17806968_1640691822613191_1926066953_n17821339_1640691705946536_531165903_n

     Les photos ne sont sûrement pas dans l’ordre, mais je pense qu’il n’y a pas besoin d’ordre pour y voir clairement du racisme. 

     Et c’est là que j’ai commencé à réfléchir sur pas mal de chose, des choses auxquelles je réfléchis depuis bien longtemps, mais dont je n’avais toujours pas de certitude : le racisme et la discrimination pèse toujours énormément en 2017. Je n’ai jamais ressentit autant de haine raciale chez des personnes, alors que j’ai déjà subi des discriminations sur ma couleur et mes cheveux, ou sur les racines de ma mère. J’ai déjà été exposé à des gens « choqués » de voir ma famille et moi, être des personnes de couleurs, et donc de nous fixer avec stupeur et sang froid pendant au moins vingt minutes. Mais ça ne m’avait jamais autant atteint que les images qui précèdent où, ces deux gentils personnes me confirment clairement que je suis ne pas française, mais grecque et d’Afrique. La haine reprend le dessus en 2017 face aux guerres qui font apparaître des migrants, face à la peur de l’autre. 

     Et finalement, je ne dirais pas que cela est juste en France. 

migrant-clandestin-aventurier-expatries-noie

     Vous pouvez retrouvez cette vidéo sur le site Konbini. Cette vidéo est la vidéo la plus inhumaine que je n’ai vu de ma vie. Je n’ai jamais vu quelque chose de ce cas, les hommes laisseraient mourir quelqu’un de couleur par ce qu’il est… quelqu’un de couleur ? Mais en fait ça change quoi la couleur ? Ça change notre manière de manger, de dormir, de penser, de faire caca, de travailler, d’aimer ? Si ça change vraiment nos manières, il va falloir m’en tenir informé par ce que venant de deux familles dont la couleur de peau n’est pas la même, à part la culture musical et la gastronomie il n’y a rien qui ne me change. Je ne suis pas plus française quand je vais chez mon papa et je ne suis pas plus africaine lorsque je suis chez ma maman. Je suis tout simplement moi, sans me définir d’une race, plus qu’il n’y a normalement pas de race à donner de l’être humain. 

     Et même si les actes ne sont toujours pas prononcés, je ressens toujours une forte discrimination portée chez les noirs tel que dans le cinéma où, la plupart du temps, une héroïne noire est systématiquement accouplé ou entouré de personnages noirs, comme dans les Winxs (oui, j’ai pris cet exemple là), ma famille d’abord, et pleins d’autres… Je parle des noirs, mais cela est aussi souvent valable pour les asiatiques et pour toutes personnes en provenance du moyen Orient et des pays arabes africains (c’est la ségrégation raciale). Je me rappelle d’un documentaire vu sur Netflix, The September Issue, un documentaire sur Vogue avec Anna Wintour qui disait, qu’il y a quelques années, peut-être aujourd’hui, il y a dix,  onze ans, Vogue avait mis une mannequin noire en affiche et cela avait donc créée une énorme discussion sur ce sujet et beaucoup de critiques négatives sur la publication Vogue de septembre, qui est la plus attendu. Depuis, ils n’ont plus essayé d’en remettre une pour celle de Septembre. 

     Et c’est là aussi, que je ne comprends pas ce que cela change que la femme soit noire ou blanche sur une couverture de mode. 

original

 Ou bien, de notre nouvelle Miss France ? Les gens s’était plaint que la Guyane n’était pas française, mais toujours une colonie. Que la miss devait lisser ses cheveux, qu’elle ne représenter pas la France. 

Alicia-Aylies-Miss-Guyane-2016-Miss-France-est-un-moment-de-fierte-regionale

    Je me demande si, lorsque je serais dans la vie active, je serais encore plus discriminée sur ma couleur de peau, si la priorité sera aux femmes de couleur blanche, où si nous serons enfin véritablement égaux, pas comme le pense la société, mais comme nous le pensons par nous même. 

     Cela fait 152 ans que l’esclavage n’existe plus, et seulement 45 ans (à peu prés) que, normalement, la « race » blanche n’est plus défini comme supérieur, mais égal à toutes, c’est-à-dire aux africains, aux asiatiques, aux portoricains, et aux palestiniens. 

     Et ce n’est pas en élisant Trump, et, peut-être Marine Le pen que cela sera prouvé. Vu que je ne fais pas les choses à moitié, j’ai signalé leurs messages, espérant ne plus jamais recevoir de tel propos un jour.

Si ce sont les cultures des uns et des autres qui dérangent, comme les croyances religieuses ou les rites, et bien vous n’avez rien compris, et vous êtes renfermé sur vous-même et sur votre propre culture, ce qui est dommage. Un milieu multiculturel n’est rien de mieux pour des humains comme nous, mais personne n’en profite.

Voyez où nous mène la haine et la peur de l’autre, la seconde guerre mondiale est un exemple fort sur la destruction massive que peut engendrer l’homme qu’avec de la haine. Il est temps de s’ouvrir les yeux et d’admettre que derrière une couleur, une culture, une religion, une origine, il y a surtout un homme, une femme qui a exactement les même besoins que n’importe qui, qui aime, qui souffre. Une personne qui n’est pas différente de vous, qui est juste comme vous.

Publicités

Une réflexion au sujet de « Le racisme, toujours d’actualité  »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s