Thirteen reasons why : la série qui aborde le suicide

     Hier est sortit sur Netflix la série 13 reasons why (bande annonce ici) sur treize épisodes de cinquante minutes à une heure. Aujourd’hui, je l’ai fini après une journée intense dans mon lit et mes avis sur cette série sont plus que diverses. C’est une série américaine qui suit le roman Treize raisons de l’auteur américain Jay Asher publié en 2007. C’est une série qui met en avant tout problème d’harcèlement et de sexisme.

qKQFQLG.jpg

     Dés le départ, il n’y a aucune surprise : Hannah est déjà morte. Son histoire se suit à travers la vie de Clay qui reçoit les cassettes d’Hannah pour mieux comprendre son acte.

     Avant de lire le reste de l’article, sachez que je ne me base que sur mes propres opinions par rapport à la série et au suicide. Vous pouvez être totalement contre ce que je dis comme être totalement d’accord, chacun a une perception différente du suicide.

     J’ai toujours vu le suicide comme un acte de faiblesse. Je trouvais que les personnes baissaient trop vite les bras pour des problèmes probablement passagers, et qui arrivaient souvent à cause de ce que nous infligeaient les autres. Par ce que le regard des autres compte, l’image que nous avons sur les réseaux sociaux semble primordiale, les j’aime aussi, l’allure que nous voulons nous donner dans la vie réelle, ne pas vouloir montrer ses faiblesses, vouloir montrer que notre vie est normal, cool, similaire à celle des autres, et ça, que ce soit dans un établissement scolaire ou dans un lieux publique. Par ce que, ce que les gens pensent de nous, compte énormément et peu importe la personne que vous êtes, même si vous pensez que le jugement ne vous touche pas, ce n’est pas le cas. Peut importe ce que je dis là, le fait est que, des gens meurent chaque jour pour ces jugements qu’ils ne peuvent plus supporter, et c’est ce qui se passe au début pour Hannah.

     Je ne vais pas vous raconter la série, au cas où vous voudriez la voir, mais les quelques premiers épisodes ou Hannah désignait des coupables de sa mort était pour moi, un peu stupide. Quelques actes de ses camarades partaient peut-être loin, mais je ne trouvais absolument pas pourquoi cela était une raison pour sa mort, je trouvais justement cela trop fragile. Et plus j’avançai, plus je trouvais que c’était du grand n’importe quoi. Elle accusait n’importe qui, n’importe comment pour des petits faits. Elle disait se tuer à cause des autres, mais aussi à cause de ce qui arrivait aux autres. Elle diffusait dans ses cassettes de la culpabilité mais aussi une envie de vengeance. Elle voulait que tous se détestent pour ce qu’ils avaient fait, les plus coupables comme les plus innocents, et ça avait des répercussions sur eux-même. Elle se renfermait sans arrêt sur elle, puis, elle accusait les autres de ne pas en faire assez ou de mal réagir, sans comprendre que les autres aussi souffraient, et c’est à cause de cela qu’est dût la plupart des erreurs commises : la peur, la souffrance. La souffrance, la peur, le jugement, l’erreur, puis la peur, la souffrance… à répétitions.

     Je ne comprenais pas vraiment où voulait en venir Hannah. Elle voulait que tout le monde regrette sa mort, mais je me demandais vraiment à quoi cela servait si elle n’était plus là pour attendre des excuses. Pourquoi faire réaliser aux autres leur acte s’ils ne peuvent pas ensuite essayer de réparer ça ? Mais je continuai, je continuai par ce que je voulais connaître le dénouement, et aussi écouter la cassette de Clay (une cassette, un fautif). Je commençais à me dire qu’elle avait même tout prémédité. L’idée d’enregistrer toutes ses histoires pour ensuite distribuer les cassettes et ensuite se suicider… peut-être qu’elle mentait ?

jjj

     En résumé, j’ai commencé à me dire que cette série était vraiment trop glauque et trop poussée, pas assez réaliste au suicide des jeunes, juste bien à regarder quand on veut passer le temps et qu’on veut se bourrer le crâne de choses tristes. Mais… j’ai directement changé d’avis lorsque tout s’est éclairée, et que j’ai compris où était le mal.

     Hannah elle-même le précise, ce qui l’a réellement tué n’est pas tous les actes en eux-mêmes, c’était l’effet papillon (ou plutôt boule de neige, à vous de voir), il y a eu un acte déclencheur, et tout s’est accumulé jusqu’à la dernière conséquence. Avant même qu’on y arrive, on comprend tout. Elle était devenue fragile, elle était incapable de se battre, et quand le dernier crime a été commis, tout est remonté à la surface, tout prenait un sens de rejet autour d’elle, les gens la rejetaient, même lorsqu’ils ne le voulaient pas forcément, même lorsqu’elle l’engendrait. Et je comprends. Qu’est-ce qui est pire que de se sentir inutile et comme un objet pour les autres ? De ne pas voir l’amour qu’ils nous portent ? D’être ou de se sentir effacer ? Malheureusement, Hannah n’y avait pas échappé. Elle s’était bloquée toute seule dans ses problèmes, même lorsqu’elle recherchait de l’aide. Après s’être laissée une chance d’y arriver, de tout surmonter, d’aller parler à quelqu’un et de lui expliquer la situation, même si elle avait pris cette initiative, elle n’avait pas laissé le temps à cette personne de comprendre qu’elle s’était mise en danger.

     Et c’est ce qui arrive sans cesse tous les jours. Tout le monde se renferme sur ses problèmes, personne n’en parle, tout le monde en a honte. Parfois, c’est parce que personne ne veut nous écouter, tout le monde s’en fout. D’autres fois, c’est parce qu’on se sent plus fort à gérer ça tout seul. Mais je ne crois pas que le suicide soit une solution, ni la mutilation ni quoi que ce soit d’autres. Se faire du mal, c’est faire du bien à son mal-être, donc ça nous rend encore plus mal et comme nous, nous infligeons ce mal, nous pensons qu’il n’y a pas plus dangereux pour nous que nous-même, par ce que nous sommes les seuls à être capable de nous donner la mort, et ça tourne ainsi…      Cette série est géniale. Elle montre que personne n’est bien et fait réfléchir sur nos propos employé au quotidien sur les autres… 

      Je ne sais pas si j’ai bien résumé Thirtheen reasons why à travers mon opinion, si cela vous a donné l’envie de regarder la série, mais je pense que vous devriez tous la regarder car comme je l’ai précisé plus haut (très haut), chacun à sa perception du suicide qui est différente, donc vous aurez tous un avis différent de la mienne tout au long de la série. Vous devez comprendre par vous-même pourquoi et encore pourquoi et encore une fois pourquoi sans relâche, et peut-être que ça vous mènera à une réponse plus haute que « par ce que ». « Par ce que tes mots, par ce que tes actes, par ce que tes envies, par ce que… ». Il ne faut pas rater la seule et unique série qui traite parfaitement bien le sujet du harcèlement scolaire, des rapports filles et garçons, des relations humaines, des sentiments, de l’isolement et du suicide. Si personne n’ose regarder, qui dénoncera ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s