Skins : la meilleure série

L’irréprochable série Skins, il fallait que je vous en parle (évidemment).

giphy[1]

     Skins est une série anglaise (mais refaite par la suite par les américains, beaucoup moins populaire) créée en 2007 par Jamie Brittain et Brayan Elsley. Elle raconte l’histoire de plusieurs générations d’adolescents (les générations changent toutes les deux saisons) dans la ville de Bristol, racontant leurs histoires, entre déchirements, amours, popularités, drogues, alcools, sexes et soirées mais aussi entre leurs passions, leurs questionnements sur leurs vies futurs, sur leurs sentiments, les relations humaines ainsi que les religions et les orientations sexuelles. Skins mais en avant tous les problèmes de société face à des ados, qui ne veulent qu’une chose, profiter et être aimé. 

 

large[1]

          On m’avait parlé de cette série de nombreuses fois, mais je ne m’étais jamais lancée, elle ne me donnait pas tellement envie. C’est après être tombée sur une vidéo de Cook sur la page Facebook Biinge que je me suis dit « La vache, c’est trop bien ! », et la minute qui suivait, je la regardais déjà. 

     Les mises en scènes de la série ne sont pas comme les autres, il y a dans la réalisation du film quelque chose de particulier, d’encore enfantin, quelque chose qui montre le déséquilibre des personnages, et c’est ce qui mène la danse au fil du temps. 

     Chaque nouvelle génération est totalement différente. En général, les gens préfèrent la deuxième, et en général, ils détestent la troisième pour une raison particulière que je peux vous dévoiler même si vous n’avez pas (encore) regarder la série : elle ne se rattache pratiquement (voir aucunement) aux autres générations, hormis le fait que ce soit le même lycée et le même directeur. Parce que oui, la deuxième saison se rattache à la première grâce à Effy, la petite soeur de Tony (génération 1) que nous avions déjà rencontré dans les premières saisons (et elle nous semblait badasse) 

skins skins

  • Génération 1 : Tony (le beau gosse), Cassie ( la folle), Chris ( le drogué, amoureux de sa prof), Anwar ( le musulman), Sid ( le mal-être), Michelle ( la copine de Tony), Jal ( la prodige), Effy ( la soeur de Tony) et Maxxie ( le gay). Ils font partie de la première génération qui nous ont fait adoré la série, qui nous ont emmené dans des surprises, des tristesses et des joies. Elle est sans doute ma génération préféré, celle qui me donne le plus de nostalgie (n’ayant même pas vécu ce qu’ils vivent ??) quand je repense à cette série, et quand je regardais les autres saisons sans eux.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

  • Génération 2 : Effy ( mystérieuse, solitaire, dépressive ), Pandora ( meilleure amie de Effy (la seule amie d’Effy, en fait) lunatique, étrange), Thomas ( immigré congolais), Cook ( provocateur, immature, souffre, amoureux d’Effy), Freddie ( simple, amoureux d’Effy, meilleur ami de Cook), JJ (Autiste, amoureux d’Effy, meilleur ami de Cook), Emilie et Katy (jumelles totalement différentes) et Naomie ( gay refoulée). C’est la génération la plus captivante, gênante, choquante, surtout par la fin (même si j’ai été spoilé d’avance) et la plus folle. Elle mêle la première et deuxième génération donnant une ambiance un peu plus « mal-être » que la première. (Pour ceux qui aimait Freddie (alias Luke Pasqualino), vous pouvez le retrouver dans la nouvelle série Snatch, auprès de Ruppert Grint (Ron, Harry Potter) ainsi que Ed Westwick (Chuck, Gossip Girl). 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

  • Génération 3 : Franky ( androgyne, (pas gay, androgyne, à ne pas confondre) solitaire et mal-aimée ( mais elle prend vite la confiance)), Mini ( populaire, égocentrique, se donne un genre superficielle), Liv (fêtarde, alcoolique), Alo ( roux, cherche désespéramment à pécho), Rich (métalleux, meilleur ami d’Alo), Matty ( le plus vieux, et plus étrange), Grace ( sage, passionnée, soleil de la bande) et Nick ( capitaine de rugby du lycée). C’est la génération qui m’a fait le plus rire, que j’ai énormément aimé (comme les autres), mais c’est aussi celle où j’ai détesté plusieurs personnages. C’est la saison qui montrait bien les deux visages d’une personne ainsi que le changement de quelqu’un. C’est celle où toutes les amitiées se déchirent complètement, mais c’est surtout la dernière. 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

     L’ambiance de skins plait à tout le monde. Elle plait tellement que lorsque la série s’est finie au bout de la saison 6 (mais officiellement, saison 7) de nombreuses soirées parisiennes et niçoise se sont inspirées de cette série pour mélanger tous les plaisirs. 

     C’est sans aucun doute ma série préféré, celle que je ne peux pas oublié, celle que j’ai vraiment adoré. Les génériques restent dans ma tête, je ne cesse de les réécouter quelques fois sur mon téléphone, dans leurs intégralités, et c’est la seule, la seule et l’unique série que je me suis permise de recommencer du début. Et venant de faire cet article, j’ai de nouveau envie de la regarder. 

 

     Alors j’espère qu’à votre tour, vous vous jetterez sur cette série si çà n’a pas été le cas, car elle vaut tout les détours du monde. 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s